Test de la Zigate

Présentation

La zigate est un produit français s’intégrant à une installation domotique et permettant de communiquer avec des périphériques répondant à la norme zigbee, un protocole de communication s’appuyant sur des fréquences similaires au Wifi (en pratique il s’intercale entre les canaux wifi).

La zigate existe sous plusieurs déclinaisons :

  • une version USB-TTL à brancher sur un ordinateur, un NAS, un Raspberry…
  • une version wifi complètement autonome
  • une version « spéciale raspberry pi »
  • une version USB à intégrer dans un tableau électrique
La Zigate en version USB-TTL « rouge »

De mon côté j’ai testé les versions USB et Wifi. Il faut savoir que l’on peut facilement passer de l’une à l’autre en changeant uniquement le module de communication, la zigate étant en pratique composée d’un module radio (celui qui discute en zigbee) et d’un module communication (qui discute avec le reste de votre installation).

De la domotique, mais pour en faire quoi ?

Avant de rentrer plus dans le détail de la zigate, je vais commencer par dresser un petit paysage de la domotique en 2020. Quand j’ai commencé à m’intéresser au sujet il y a 15 ans environ c’était principalement pour gérer l’éclairage d’une salle. A l’époque, dans un logement existant, la meilleure solution était l’utilisation du X10 et d’une télécommande infra-rouge (une pronto de Philips). Le X10 est une technologie s’appuyant sur le réseau électrique pour transmettre des ordres à des périphériques connectés dessus (on peut voir ça comme un ancêtre du CPL). A l’époque point de sans fil – ou alors en 433 MHz mais pas normé – et pas de retour d’état.

En 2020 le paysage a bien évolué. On utilise à présent des « box domotique » (du commerce ou DIY), on a des réseaux sans fil à des coûts abordables (dont le zigbee mais aussi z-wave) et des ponts qui interconnectent tous ces systèmes

Donc quel était mon besoin ? Suite à des travaux de rénovation je voulais pouvoir surveiller la température de plusieurs pièces et j’étais donc parti sur du Xiaomi (en zigbee) qui présente un rapport qualité / prix assez intéressant. Et au fur à mesure j’ai ajouté des capteurs, une prise connectée TP Link, une ampoule Ikea Trådfri et enfin un module Heatzy !

Et la zigate dans tout ça ?

J’ai fait le choix de piloter ma domotique à l’aide du logiciel Domoticz installé sur mon NAS Synology. Le choix du NAS s’est avéré le plus logique car il évite d’ajouter un périphérique supplémentaire. Domiticz intègre parfaitement la passerelle Xiaomi pour piloter mes capteurs zigbee mais elle a plusieurs inconvénients :

  • le premier c’est une dépendance vis à vis de Xiaomi pour prendre en charge de nouveaux périphériques Zigbee… n’étant pas open-source il n’est pas possible de venir la modifier facilement
  • la passerelle a besoin d’être connectée à internet et configurée en mode « je suis en Chine » (littéralement !)… et pour le principe ça me gène !

et puis est venu le jour où j’ai voulu domotiser mes volets roulants… il y avait plusieurs solutions mais la plus pratique et la plus esthétique était de remplacer les commandes des volets par des Celiane de Legrand avec Netatmo. Le protocole utilisé est du zigbee et en me documentant j’ai vu qu’on pouvait les contrôler sans utiliser la passerelle Legrand. Mais pas avec la passerelle Xiaomi !

En pratique il y avait deux options qui s’ouvraient à moi : zigbee2mqtt ou la zigate. Le premier est à assembler complètement tandis que le deuxième est une solution packagée. Les deux sont open-source donc pas de problème d’extensibilité et disposent d’une bonne communauté. Au final la zigate étant proposée par un entrepreneur français (son compte twitter) j’ai décidé de le soutenir en me tournant vers sa solution et j’ai acheté la zigate en version USB-TTL.

Premiers essais décevants !

Après avoir flashé la zigate pour mettre à jour le firmware et branché celle-ci sur mon NAS (qui est techniquement au sous-sol) je l’ajoute à mon domoticz. Tout semble bien fonctionner et j’ajoute mes capteurs de température assez facilement. Par contre pour les volets roulants ça devient vite compliqué…

Assez rapidement la zigate me perdait mes volets roulants. Ceux-ci n’étaient plus contrôlables via domoticz et je devais le ré-appairer ce qui impose de les démonter. Les doigts des Céliane étant assez fragiles ce n’est pas trop recommandé ni très convivial !

Avec l’aide de pipiche sur le forum du plugin domoticz/zigate je me rends compte que j’ai trois problèmes distincts :

  • d’une part un problème de puissance, ma zigate est trop loin de mes volets roulants… la solution est soit de bouger la zigate, soit d’ajouter des routeurs dans le maillage zigbee
  • un bug dans le plugin lorsque j’utilise des accents pour nommer certains périphériques (vite corrigé !)
  • d’autre part des pertes de connexion entre domoticz et la zigate. Cela se traduit par des messages WARNING: Ping sent but no response yet from Zigate. Status: Sent dans les logs.

J’ai essayé de déplacer la zigate et modifié mon paramétrage wifi mais les problèmes étaient toujours là. Je pense avec le recul que c’est surtout les pertes de connexion domoticz / zigate qui me posaient le plus de problème car tant que la connexion était stable les volets roulant réagissaient correctement.

Happy End !

Mais comme toutes les bonnes histoires il y a un happy end 🙂

La zigate que j’ai reçu (en USB) était livrée avec un module de communication USB-TTL bleu… Ce module est connu pour poser des problèmes et a depuis été remplacé par un rouge par le développeur. J’avais alors deux options : acheter le module rouge et renouveller mes tests ou prendre le module Wi-Fi. C’est finalement la solution que j’ai retenue car elle permet un placement plus libre de la zigate et notamment d’éviter de laisser le module à la cave. Je commande donc ce module et une fois reçu je passe en Wi-Fi.

Module WiFi de la ZiGate
Module WiFi de la ZiGate

Et là c’est le jour et la nuit ! Du moins une fois qu’on a trouvé une alimentation USB assez puissante. J’en ai testé plusieurs et c’est finalement une 2,2 V qui donne les meilleurs résultats.

Alors certes ma zigate est techniquement connectée à mon réseau Wi-Fi mais un petit firewall suffit a s’assurer qu’elle ne sort pas du réseau local et j’ai accès au code source pour vérifier ce qu’elle fait.

Côté stabilité après un mois d’utilisation je n’ai eu qu’un seul incident mais un reboot de Domoticz a suffit à régler le problème… il est probable que le coupable de ce problème ne soit donc pas la zigate !

Aujourd’hui grâce à la zigate mes volets roulants s’ouvrent et se ferment automatiquement en cas de fortes pluies ou de gros coups de vent (enfin dès que j’aurais ajouté les scripts pour !!!) et je peux depuis mon smartphone les ouvrir / fermer à distance si besoin. Mes capteurs de température et l’ampoule Ikea sont également parfaitement intégrés !

En conclusion

En conclusion une solution extrêmement performante pour se passer de la passerelle Xiaomi et intégrer des périphériques qui lui sont inconnus comme la solution Legrand Netatmo. La communauté autour de la zigate est ultra-réactive et à l’écoute.

Je recommande la version Wi-Fi qui apporte une souplesse supplémentaire dans le positionnement précis de la zigate permettant ainsi d’optimiser les communications entre périphériques.

3 pensées sur “Test de la Zigate

  • 15 février 2020 à 21 h 15 min
    Permalink

    IL y a d’autres solutions que ces deux la pour controler des appareils zigbee. Pour du materiel legrand, la conbee marche tres bien aussi, et grosse communaute derriere.
    Et le plugin existe aussi sur domoticz.

    Répondre
    • 15 février 2020 à 22 h 59 min
      Permalink

      Je ne connaissais pas la combee (et son itération récente combee ii). Néanmoins elle ne semble pas opensource et la compatibilité legrand n’est pas indiquée sur le site (mais tant mieux si ça fonctionne !!!)

      Répondre
      • 16 février 2020 à 19 h 37 min
        Permalink

        Bonjour (j aurais du commencer par ça).

        Vrai, le materiel est fermé, mais la partie logicielle qui fait le pont entre le côté zigbee et le côté http est open source.
        Sur leur github tu trouveras aussi une liste de compatibilités plus a jours que celle que tu as du trouver sur le site de phoscon.

        Mais du coup c’est moins geek 🙂

        Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.