Quelle solution domotique choisir ?

Peut-être vous posez-vous la question d’une solution domotique pour votre maison ? Ou peut-être avez-vous déjà des objets communicants chez vous et vous voulez aller plus loin ? Ça tombe bien, j’ai testé quelques une de ces solutions et je vous propose un petit retour sur ces dernières !

Les acteurs du marché

Le « marché » propose de nombreuses solutions domotiques, et le but n’est pas d’en faire une liste exhaustive mais de présenter celles qui reviennent le plus souvent ou que vous pourrez trouver facilement.

Du côté des solutions « commerciales » citons pour commencer la box eeodomus ou encore la solution de Leroy Merlin la box Enki. Ces offres sont « packagées » : vous achetez la box, vous branchez et il ne reste plus qu’à ajouter vos objets connectés. Je n’ai pas testé ces box, préférant « bidouiller » dans mon coin mais il est bon de savoir qu’elles existent !

Reste les solutions open-source que je vais détailler plus avant dans cet article. Les acteurs principaux sont :

J’en oublie probablement mais ce sont les principaux. Ils sont tous très actifs et des mises à jour régulières sont publiées pour tous ces projets.

Domoticz

Domoticz

Historiquement c’est le premier logiciel de domotique que j’ai installé à mon domicile. Il a le bon goût de tourner sur mon NAS Synology qui est un peu ancien (contrairement aux autres qui ont besoin d’une version de Python récente ou de docker non disponibles dessus).

Domoticz fonctionne plutôt bien mais l’interface est un peu « ancienne ». Les automatisations se programment assez bien même s’il faut un peu de temps pour rentrer dans la logique des « blockly ». On peut cependant utiliser du LUA (un langage de programmation) pour aller plus loin.

Je ne serai probablement pas aller voir « ailleurs » si pour une raison étrange il ne s’était mis à s’arrêter tous les matins de façon inexpliquée. Une solution simple à ce problème était de l’installer sur mon raspberry pi mais j’avais envie de tester les autres solutions domotiques donc c’était l’occasion !

A noter l’existence de dashticz pour donner un look’n’feel plus moderne à domoticz. Il existe également des applications compagnon sur iOS et Android.

Néanmoins même si par rapport à ses concurrents il manque de certaines intégrations / automatismes, il reste un bon produit pour s’initier à la domotique.

Nextdom et Jeedom

Nextdom (démo depuis leur site)

Je n’ai pas testé directement Jeedom, je me suis concentré sur Jeedom mais les deux partagent des concepts similaires, Nextdom étant un « fork » de Jeedom v3 (dont une grande partie du code source a été réécrit).

J’étais assez enthousiaste pour tester Nextdom, celui-ci m’ayant été très bien vendu par un collègue. J’ai cependant trouvé qu’il était compliqué de « rentrer » dans les concepts de Nextdom même si ce que j’ai pu en voir, une fois maîtrisé, est très sympathique.

L’un des points forts de Nextdom est sa compatibilité avec le market de Jeedom qui est plutôt bien fourni en intégrations. Il sera ainsi facile de faire reconnaître tel ou tel matériel… Attention cependant ce market dispose aussi de plugins « payants ». Si je ne suis pas contre sur le principe, il faut bien rémunérer les auteurs qui passent du temps, devoir payer quelques euros pour un thermostat virtuel gratuit chez domoticz ou home assistant je ne comprends pas trop. Et alors que j’aurais été prêt à payer pour une gestion parfaite de mon réseau zigbee, le plugin abeille est lui gratuit et de grande qualité.

Cependant la compatibilité Jeedom a ses limites. En effet les plugins « visuels » (qui participent à l’interface graphique) doivent être des plugins jeedom v3 et on ne sait jamais sur le market jeedom si on charge du v3 ou du v4 ce qui est assez frustrant !

Par contre le serveur discord du projet – en français – est très agréable et on a rapidement une réponse des experts Nextdom, bravo à eux !

OpenHab

Ça va aller vite, je ne l’ai pas testé… je n’ai donc pas d’avis dessus 🙂

Home Assistant

Home Assistant

J’étais un peu réticent face à Home Assistant. Il a la réputation de devoir être entièrement configuré avec des fichiers yaml hérités du langage python. Et je voulais quelque chose de plus intégré.

Et bien j’avais grandement tort !

C’est au final hyper souple et l’expérience domoticz a prouvé qu’on fini toujours par mettre la main dans le code alors pourquoi pas dès le début ? Par ailleurs les dernières versions d’Home Assistant permettent de configurer du matériel directement depuis l’interface sans toucher au fichier de configuration.

Si vous voulez tenter l’aventure Home Assistant, je recommande vivement l’installation du store communautaire HACS qui facilitera l’ajout de nouveaux composants. Son installation est relativement simple et vous fera gagner beaucoup de temps par la suite.

Ce que j’ai aimé le plus chez Home Assistant – et ce qui fait (spoiler) que c’est mon système domotique par défaut à présent – c’est d’une part une interface graphique claire et moderne (responsive, web sockets…) et d’autre part la richesse des plugins disponibles. Du robot aspirateur à la voiture connectée en passant par les classiques Xiaomi, Zigbee, ZWave, etc. vous devriez sans peine trouver votre bonheur !

La personnalisation de l’interface graphique se fait facilement et j’ai vite retrouvé tout ce que je faisais dans domoticz et même bien plus ! Et a tout moment on peut passer en mode « yaml » si l’on veut utiliser des options avancées.

Côté discord, réponses ultra rapides (en anglais).

A noter la présence d’applications sur iOS et Android qui permettent d’avoir des remontées d’information supplémentaires (géolocalisation notamment mais on peut aussi scanner le réseau wifi pour voir si le smartphone est à la maison).

Qui choisir en 2020 ?

Si vous avez tout lu jusque ici, vous avez déjà ma réponse : Home Assistant. Pour le dynamisme du projet et tout ce que la box permet déjà !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.